Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Thérapie Cellulaire Active INDIBA

Thérapie Cellulaire Active INDIBA

Conseils thérapeutiques, témoignages, news, sont à votre disposition pour vous accompagner dans votre quotidien et aller toujours plus loin dans les résultats et la performance

Prise en charge d’un engorgement mammaire avec INDIBA

Témoignage de Céline Dalla Lana Sage-femme, consultante en lactation IBCLC à St Vallier (06), 09 50 57 12 70

Témoignage de Céline Dalla Lana Sage-femme, consultante en lactation IBCLC à St Vallier (06), 09 50 57 12 70

"L’engorgement mammaire est une difficulté fréquente du post-partum, que ce soit durant la phase de démarrage de l’allaitement maternel ou en cas de non suppression de la montée de lait pour les femmes désireuses de ne pas allaiter.

Les premiers jours de post-partum sont marqués par le maintien de la lactation en phase I de la lactogénèse du fait des hormones de grossesse résiduelles.

Néanmoins, la chute du taux de progestérone induit une fermeture des jonctions des lactocytes, qui deviennent jointifs aux alentours de 72 heures après la délivrance. Le colostrum n’étant plus réabsorbé dans la circulation maternelle, la production lactée devient soudainement plus volumineuse. En parallèle, la chute du taux d’HLP, d’œstrogènes et de progestérone libère l’activité de la PRL. On appelle cette phase « la montée de lait » et marque le passage en phase II de la lactogénèse. Ce processus intervient habituellement aux alentours du 3ème jour de post-partum, qu’il y ait allaitement ou non.

Actuellement, la suppression lactée médicamenteuse n’est plus recommandée ; de ce fait, il est de plus en plus fréquent d’être confronté à la survenue d’un engorgement mammaire chez les mères qui n’allaitent pas. Cet engorgement peut survenir lors du retour à domicile de la patiente.

Un engorgement, contrairement à ce que cette dénomination laisse supposer, est essentiellement la résultante d’un œdème. Il est donc tout à fait envisageable de prendre en charge cet engorgement à l’aide d’Indiba® tout en s’inspirant du traitement de l’engorgement par drainage lymphatique mammaire."

Cas clinique :

"Une patiente n'allaitant pas m’a été adressée par son médecin traitant à J5 du post-partum et présentait selon lui, une grosse adénopathie sous-axillaire concomitante à un engorgement lié à la non suppression de la montée de lait. Cette patiente présentait effectivement un engorgement important associé à de volumineuses glandes mammaires accessoires sous- axillaires. Cette femme ne pouvait plus laisser ses bras le long du corps et décrivait une douleur très intense (EVA 9/10) non soulagée par le paracétamol. Nous avons appliqué le protocole Indiba® débutant par une stimulation des ganglions lymphatiques en hyperthermie obtenue en appliquant l’électrode capacitive sur les différentes zones ganglionnaires mammaires. Cette phase dure en moyenne 30 secondes par zone ganglionnaire. Dans un second temps, on procède à la phase capacitive : 5 minutes de traitement en mode capacitif. Pour cela l’opérateur réalise un massage doux et centrifuge de tout le sein se rapprochant du drainage lymphatique mammaire tout en maintenant l’électrode capacitive entre sa main et le sein. Le travail s’effectue en thermie douce (ressenti de chaleur en 3 et 5 /10). Après 5 min de ce traitement, on pratique de la même manière à l’aide de l’électrode résistive. Cette phase dure 5 à 10 minutes selon l’importance de l’œdème.

Ainsi, après environ 15 min de traitement par sein, on obtient un résultat souvent supérieur à celui d’un drainage lymphatique manuel plus long et un résultat durable.

 

Après environ 30 minutes de traitement (15 minutes par sein), les seins de cette patiente étaient relativement souples, un écoulement lacté était présent spontanément et l'EVA était à 2/10. La patiente pouvait de nouveau placer les bras le long du corps. Une consultation de contrôle 24h plus tard a permis de constater que les seins étaient restés volumineux mais souples après le traitement, aucun traitement supplémentaire n'a été nécessaire ; pas même du paracétamol, depuis la séance d'Indiba®. A 48h du traitement, tout est rentré dans l'ordre. Une séance unique a donc été nécessaire.

La prise en charge à l’aide d’Indiba® est donc plus rapide, pour un résultat supérieur à la prise en charge « classique » de l’engorgement en cas de non-allaitement. Il en va, d’ailleurs, de même en cas d’allaitement ; même si la prise en charge à l’aide d’Indiba®, ne se substitue pas à une prise en charge optimale de l’allaitement.

La thérapie cellulaire active, non invasive, présente très peu de contre-indication et s’avère donc intéressante dans la gestion des douleurs du post-partum, autant au niveau mammaire qu’au niveau périnéal."

 

 

 

Auteur : Céline Dalla Lana

Sage-femme

Consultante en lactation IBCLC

Auteur du livre : Secrets d’un allaitement réussi Editions Frison Roche

Formatrice Méthode Dalla Lana® (www.methodedallalana.fr)

 

L’auteur ne déclare aucun conflit d’intérêt avec l’industrie pharmaceutique, industrielle ou agro-alimentaire.

Prise en charge d’un engorgement mammaire avec INDIBA

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article